Home » Prévention des blessures

Prévention des blessures

Le 11 – un programme de prévention des blessures

Vous avez probablement vécu cette expérience douloureuse : le football porte en lui le risque de blessures, mais la bonne nouvelle est que les recherches scientifiques ont démontré que l’incidence des blessures au football pouvait être réduite grâce à des programmes de prévention.

« Le 11 » est un programme de prévention attrayant, simple et efficace comprenant dix exercices basés sur la logique ou sur exercices pratiques et comme numéro 11, la promotion du fair play. Il ne demande pas d’autre équipement qu’un ballon et peut être terminé en 10 ou 15 minutes. Le programme est efficace car la plupart des exercices entraînent simultanément sous différents aspects et peuvent remplacer d’autres exercices.

Les exercices mettent l’accent sur des méthodes d’entraînement particulières que les entraîneurs doivent bien connaître : équilibre, entraînement excentriques des muscles des cuisses, entraînement kinesthésique, équilibre dynamique et pliométrie avec jambe allongée. La kinesthésie est la faculté de sentir la position de votre corps, de vos membres et de leurs mouvements. La pliométrie est un type d’exercice utilisant des mouvements intenses afin de développer la puissance musculaire.

Vous devriez faire « Le 11 » durant chaque séance d’entraînement après l’échauffement et les étirements de tous les groupes de muscles importants. Pour qu’ils soient efficaces, vous devriez faire les exercices aussi précisément que possible et suivre la séquence sur le poster. Avant chaque match, vous devriez suivre la version réduite comportant les exercices 4, 5, 8.

« Le 11 » a été mis au point par le Medical Assessment and Research Centre de la FIFA (en français le Centre de recherche et d’évaluation médicale -F-MARC-) en collaboration avec un groupe d’experts internationaux.

La clé de la prévention : le fair play

Le fair play est le numéro 11 le plus important de notre programme de prévention. Tout comme votre équipe n’est pas au complet et dans sa meilleure condition lorsqu’elle comporte moins de onze joueurs, la prévention des blessures n’est pas entièrement satisfaisante ni à son plein potentiel sans fair play.

Selon l’analyse vidéo détaillée de la Coupe du monde 2006 de la FIFA en Allemagne™, à peu près 45% de toutes les blessures des meilleurs joueurs de football du monde lors de ce tournoi ont été causées par des fautes. Il est donc très clair que le nombre des blessures pourrait diminué considérablement si tous les joueurs adhéraient aux règlements du jeu et aux lois du fair play. Les blessures à la cheville qui sont les plus communes au football en sont l’exemple. Un grand nombre de ces blessures proviennent de tacles tardifs de côté.

A part le fait d’éviter les coups francs, les pénalités, un carton jaune ou rouge, vous protégez en fait votre santé et celle des 21 autres joueurs sur le terrain lorsque vous êtes fair play. Ceci veut dire : ne pas glisser entre les jambes de votre adversaire lorsqu’il n’a plus la balle, ne pas tendre la jambe vers l’extérieur et, en toute circonstance, éviter les coups de coude car ils entraînent de grands risques de blessures à la tête..

Fair Play – pour le plaisir du jeu … et pour la santé des joueurs

Comment l’entraîneur peut contribuer à aider à la prévention

Il existe un vaste ensemble d’informations concernant les blessures liées au football. Nous avons appris beaucoup de choses sur ce sujet, certaines sont évidentes et d’autres le sont moins. Par exemple, les deux tiers des blessures se produisent au niveau des chevilles, des genoux, de la tête, des tibias et des pieds. Une autre découverte intéressante, c’est le nombre de joueurs ayant déjà eu des blessures.

A peu près la moitié des joueurs ayant des entorses de la cheville en ont eu précédemment et nombreux d’entre eux durant la même saison. Les risques de se faire une seconde entorse augmentent de 3 à 5 fois lors d’une blessure similaire antérieure. Très souvent, une blessure importante est précédée d’une guérison incomplète d’une blessure mineure.

Il va sans dire que vous encouragez vos joueurs à suivre les conseils des docteurs et des physiothérapeutes de l’équipe et que vous vous assurez qu’ils ne reviendront pas sur le terrain trop tôt. Informez-vous constamment des conseils spéciaux concernant la guérison afin de vous assurer que les joueurs les suivront à la lettre.

Le sport de compétition comporte en lui-même des risques, mais vous en tant qu’entraîneur, vous pouvez aider les joueurs à prendre des précautions adéquates pour prévenir les blessures ou les nouvelles blessures. Mais pour le faire efficacement, vous devez connaître certains détails concernant le mécanisme des blessures.

Savez-vous quelles parties du corps vos joueurs devraient étirer avec le plus d’attention ? Connaissez-vous les techniques de saut et d’atterrissage au sol permettant d’éviter les blessures aux genoux ? Comment l’association entre une faible endurance et une blessure peut influencer votre programme d’entraînement ? Pourquoi les joueuses devraient abaisser leur centre de gravité ? Savez-vous comment apprendre à remettre le ballon sur le terrain depuis la ligne de touche de manière à éviter de blesser la tête des joueurs ?

Prenez votre temps – une récupération complète est vitale

Suite à une blessure, il va de soi que vous voulez revenir sur le terrain aussitôt que possible. Il est difficile de regarder vos équipiers jouer lorsque vous souffrez moins (comparé au début) de votre blessure. Ok, vous prenez aussi des calmants, mais après tout, vous pensez qu’il est grand temps que vous reveniez sur le terrain après tout ce temps d’arrêt…

Le problème est que le fait de revenir trop tôt augmente le risque de rechute, de nouvelles blessures et de blessures à long terme. Très souvent, des blessures importantes étaient précédées de blessures mineures incomplètement guéries. Une blessure à la cheville en est un bon exemple : La plupart des footballeurs considèrent une cheville foulée comme un désagrément. Mais si vous revenez trop tôt sur le terrain, vous vous exposez évidemment à des risques de blessures plus graves à la cheville ou ailleurs.

En tant qu’entraîneur, vous devez protéger votre joueur et l’aider à prendre des précautions contre les blessures récurrentes au même endroit. Au même titre, vous voulez qu’il reprenne sa place au sein de l’équipe, un rétablissement total est la condition permettant d’assurer sa disponibilité à long terme. Il a besoin de votre aide et de votre soutien lors de la réadaptation au même titre que sur le terrain

Même s’il existe quelques conseils s’appliquant aux lésions et aux types spécifiques de blessures, il n’existe aucune règle générale s’appliquant à tous les joueurs blessés à un moment précis. Par conséquent :

Ne revenez pas sur le terrain trop tôt. Suivez à la lettre les recommandations en matière de réadaptation émanant de votre docteur afin de vous protéger de vos entorses antérieures – ou de n’importe quelle blessure ! L’équipe a besoin de ses joueurs sur le terrain et non pas sur la ligne de touche.